Un blog pour les mangeurs de champignons

Les méthodes traditionnelles pour cultiver les champignons comestibles

Le champignon est classé avec une large variété. Et cette variété met toujours une large différence et attire l’attention de plusieurs internautes. Il est donc important de mettre toute les qualités qui vont vous permettre de faire le distinguo entre les champignons comestibles et les champignons non comestibles. Vous avez une forte caractérisation qui se déchaine dont la valeur est inexplicable. Au fond de leur différenciation comme sur comment cuisiner les champignons noirs, vous avez la latitude de cultiver d’une façon traditionnelle d’abord les champignons comestibles. Ces méthodes sont évoquées en plusieurs phases dont nous avons trouvé mieux de les classer en deux phases.

Première phase

Un terrain

Un terrain de choix

Le choix d’un bon local :

Pour cultiver des champignons, vous devez disposer d’un local sain. Cet endroit bénéficie d’une température constante qui doit toujours être comprise entre 10 et 16°. Son aération doit être facile à doser sans courants d’air. Les anciennes carrières, caves sous-sols sont le plus souvent utilisées.

un-fumier

Un fumier

L’acquisition d’un fumier idéal :

Il faut choisir un fumier chaud. Celui de cheval est le plus approprié, mais ceux d’âne ou de mulet peuvent être utilisés. On peut ajouter 1/3 de fumier de mouton à condition que le mélange soit très bien homogène. Le fumier doit être bien imprégné d’urine et de crottin, les autres fumiers sont à proscrire.

preparation-du-fumier

Préparation du Fumier

 

La phase de préparation du fumier :

Cette préparation est un point capital, pour obtenir une fermentation correcte, il faut traiter au moins 1/3 du fumier à la fois. Faire de ce fait un tas d’un mètre de haut en couche successives, en secouant énergiquement le fumier afin de déliter les mottes et obtenir un mélange parfait des parties sèches et humides. Sachez que vous devez battre chaque couche avec le dos de la fourche pour tasser la couche. Après avec donc terminé le tas tasser énergiquement puis arroser copieusement.

Deuxième phase

phase-2

Fermentation

La fermentation :

C’est une partie qui fait monter rapidement la température, il faut de ce fait contrôler aussi à l’aide d’un thermomètre spécial. Ceci peut être fait après 4 ou 5 jours, elle doit atteindre 70° environ. Lorsqu’elle commence à redescendre après 6 à 9 jours le fumier est déjà bon pour la première retourne. En fait, cette opération consiste à trouver un moyen pour démolir le tas pour reconstruire de la même façon en plaçant sur les bords ce qui était au centre et réciproquement. Bien secouer le fumier et aussi arroser modérément les parties paraissant sèches. Dans une autre mesure, la fermentation est un peu moins forte en suivant la même courbe, une montée en température puis descente. Un second retournement peut aussi être nécessaire mais le plus souvent le fumier est près sur 6 et 8 jours.

Alors, il est judicieux d’avoir ces méthodes dont plusieurs personnes ont souvent voulu avoir mais malheureusement, ils n’ont pas toujours eu l’opportunité d’en avoir. Au repérage d’un article lu la cueillette des champignons  et autres sur ce site web champignonscomestibles.fr qui a marqué votre connaissance et votre attention, vous avez les moyens qui vont vous permettre de cultiver de manière traditionnelle vos champignons comestibles bien la récolte. Vous pouvez désormais prendre acte et mettre cela en pratique.

 

2 Commentaires

  1. Dieu merci Diombo Dieu merci Diombo
    4 décembre 2017    

    J’aperçois que vous faite un travail noble, j’aimerai vraiment apprendre comment le faire la culture des champignions…

    • morille morille
      13 février 2018    

      Merci, le site est en refonte pour le moment, peut être une rubrique plus détaillé sur la culture apparaîtra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« J’aime les champignons » et vous ?

Abonnez-vous à notre newsletter