Un blog pour les mangeurs de champignons

Champignons radioactifs en Rhône-Alpes

champignons radioactifs 2

Champignons radioactifs, Agarics des jachères

Le terme « champignons radioactifs » s’est toujours limiter jusqu’à il y a quelques jours à l’unique Agaric des jachères. Encore connu sous le nom boule-de-neige, ce champignon était le seul accusant une grosse perméabilité à la pollution. De ce fait, c’est un champignon dont la consommation est interdite dans la région de Rhône-Alpes depuis la catastrophe de Tchernobyl. Après 30 ans, la découverte de radioactivité dans plusieurs autres champignons de la région vient bousculer les faits. Quels sont les champignons radioactifs de la région Rhône-Alpes? La consommation de champignons dans la région doit-elle donc être prohibée ou considérablement réduite?

La découverte de champignons radioactifs

Selon le rapport d’étude de la CRIIRAD paru cette semaine, les champignons radioactifs sont plus nombreux que ce qu’on pensait. En effet, la Commission de recherche et d’informations indépendantes sur la radioactivité a révélé la contenance en Césium 137 dans plusieurs champignons de la région. Le Césium 137 est un élément radioactif qu’on retrouvait en plus grande quantité il y a 30 ans, mais qui est toujours présent. Les organismes les plus affectés aujourd’hui sont les champignons et le gibier. Toutefois, notons que le seuil de radioactivité dans certains champignons est au-dessus de la norme d’importation des produits japonais. Bien évidement nous parlons des normes de l’Union Européenne depuis la catastrophe de Fukushima. Normes qui ne sont pas effectives à l’intérieur du pays.

Lesquels sont des champignons radioactifs?

champignons radioactifs 1

Champignons radioactifs, Chanterelles en tube

Toujours selon les effrayantes études de la CRIIRAD, 36 champignons sur 38 dans la région Rhône-Alpes contiennent du Césium 137. Trois principaux champignons sont concernés: le bolet bai provenant tout droit du parc naturel du Pilat, la chanterelle en tube venant de l’ouest de la Loire, mais également un petit gris issu du Vercors dans la Drôme. Suite à cela, on se demande vraiment combien d’autres champignons sont également concernés. La réticence se fait donc très présente depuis quelques jours dans la région. Faudrait-il continuer de consommer les champignons ou pas?

Qu’en est-il de la consommation?

champignons radioactifs 3

Champignons radioactifs, Bolet bai

Concernant la consommation des champignons dans la région, rien n’est plus certain. Mais selon Julien Syren, ingénieur de la Commission de recherche et d’informations indépendantes sur la radioactivité: « S’il s’agit d’une consommation occasionnelle, il n’y a pas de danger, mais une consommation de plusieurs centaines de grammes par an de ces champignons secs peut comporter un risque non négligeable. Surtout si elle est accompagnée de consommation de gibier, comme le sanglier, qui se nourrit aussi de ces champignons ».

Comment on en parlait dans notre article précédent Rôle des champignons et leur importance, les champignons agissent en tant que dépolluants. Ce peut être le cas pour le domaine des carburants, mais c’est loin de l’être en ce qui concerne le nucléaire. Aussi, le cas de dépolluant s’applique seulement à certains champignons. En ce qui vous concerne, nous aimerions avoir votre avis. Ces champignons radioactifs sont-ils à consommer ou pas? Exprimez-vous en toute liberté via les commentaires ci-dessous.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« J’aime les champignons » et vous ?

Abonnez-vous à notre newsletter